Les mots des parrains de promo

L’accélération de la transformation digitale est sidérante. Elle génère de nombreuses inquiétudes (ex de l’intelligence artificielle et des modifications profondes du monde du travail qu’elle va induire) mais recèle des gisements d’opportunités. Car le numérique révolutionne nos façons d'acheter, de travailler, de nous soigner, d’apprendre, de communiquer, … bref notre façon de vivre.

 Le monde des affaires lui aussi connaît des bouleversements majeurs. Au business « à la papa », aux prospections commerciales et négociations « sauvages » des années 80, a succédé un business «soft», moderne, «intelligent». L’émergence de stratégies d’inbound marketing, de marque, l’exploitation de la donnée et le ciblage des clients en sont les démonstrations criantes.

Le plus brillant des orateurs n’est donc plus certain de l’emporter.

Plus que jamais, le Businessman / la Businesswoman moderne doit sentir et saisir les enjeux de son temps, comprendre les transformations majeures qui traversent notre société, savoir de quoi il/elle parle, être force de proposition(s). Et pas n’importe quelles propositions ! Des propositions toujours plus complexes, créatives, intégrant des écosystèmes

divers, des partenaires hétérogènes que rien a priori ne destinait à être associés ...

Désormais la réussite tient moins de l’éloquence, que de compétences, méthodes et qualités interpersonnelles variées : Curiosité, créativité, capacité à casser les codes installés, à influencer (non à manipuler), à faire travailler ensemble et tirer le meilleur de chacun … Il s’agit donc aujourd’hui d’inspirer plus que de convaincre.

 Comprendre les transformations, les contraintes nouvelles qui pèsent sur les entreprises, les traduire en opportunités avec une approche fondée sur la créativité et l’inspiration… Autant d’objectifs visés par votre formation à TEM. Il nous est donc apparu évident de soutenir ce projet pédagogique dont l’ADN nous plait tant, et de reconduire notre partenariat pour la deuxième année consécutive. Après les opportunités liées au business de l’IoT, nous travaillerons donc ensemble cette année sur le potentiel de disruptions sectorielles de la 5G !

Au plaisir de faire votre connaissance.

Bertrand BAILLY,

Président de DAVIDSON CONSULTING

 

Bertrand Bailly débute sa carrière chez Alcatel-Lucent en tant qu'ingénieur puis chef de projets Radiocommunications de 1998 à 2001. Il devient ensuite Ingénieur d'affaires puis Directeur associé chez SIVAN consulting. Il fonde et devient Président de la société Davidson consulting en 2005, société qui réalise des missions de conseil en expertise et management, liées à la transformation digitale en rapport avec l’homme connecté et les données qu’il génère par son activité sur la planète ! Davidson consulting, société aujourd’hui de plus de 2300 salariés, a reçu en 2017 pour la quatrième année consécutive (une première dans l’histoire du palmarès Great Place To Work) les prix Français et Européens de l’entreprise où il fait bon travailler, grâce aux nombreuses expérimentations menées autour du management construit sur une organisation horizontale.

La société détient des participations dans (et accompagne) une dizaine de startups innovantes focalisés sur les domaines de l’IoT, de la Data Science, de Blockchain, etc.

 

Design moi un mouton!

La révolution industrielle « 4.0 » portée par le digital représente l'enjeu majeur de transformation pour notre société et pour nos organisations.

La mondialisation de notre économie, accélérée par l'essor d'Internet et des plateformes, provoque des changements rapides et souvent violents du marché et du paysage concurrentiel.

Malgré les efforts de nombreuses entreprises et les mesures de soutien de l'Etat, la France reste en retard notamment au sein de l'Union Européenne. Seulement 12 % des TPE et des ETI commercialisent leurs offres en ligne, contre 25 % en Allemagne.

Cette situation interroge d’autant plus que 70 % des consommateurs achètent et paient en ligne.

Nos entreprises sont donc moins digitalisées que leurs clients !

Aussi, il reste tout à faire pour amener les organisations à l'ère du numérique ; à commencer par les rendre plus visibles sur Internet, sachant qu'un million d'entre-elles, soit un tiers, en sont absentes aujourd'hui.

Cela étant, l'enjeu de la transformation digitale ne se limite pas à la commercialisation en ligne de produits ou de services. Les organisations doivent répondre aux nouvelles attentes des clients, telles que la personnalisation de leurs offres et la qualité de la relation, tout en transformant leur outil de production et leurs processus. Instantanéité, collaboration, co-innovation constituent les éléments clés d'une transformation digitale réussie.

Pour les adresser, de plus en plus d'organisations adoptent la méthode du Design Thinking, inspirée des modes de conception des designers, qui permet d'accélérer les processus de conception et d'étendre la culture de l'innovation au-delà d'un simple département de recherche et développement.

Du lancement d'un nouveau produit, à la refonte d'un processus RH, la pensée Design stimule la production d'idées neuves en positionnant l'humain au cœur du processus de conception. Elle suscite l'imagination, autorise les réflexions « out of the box » et fédère les échanges du groupe dans une démarche collective d'idéation. Identifier les irritants, concevoir l'usage cible et déterminer les moyens nécessaires à sa réalisation permettent aux organisations de produire rapidement et efficacement des solutions tout en en simplifiant leur adoption auprès des clients ou des collaborateurs.

Mais la pensée Design peut également s'appliquer au développement personnel de tous !

Conscient que le monde change et que chacun évolue, la performance individuelle comme collective n'est jamais définitivement acquise.

Pour être durable, elle nécessite d'adapter rapidement ses compétences et de veiller à maintenir un niveau de motivation optimal.

Aussi, est-il utile de régulièrement challenger ses certitudes !

Reconnaître à temps l'obsolescence de certaines compétences et identifier celles à développer. Se féliciter des progrès effectués, reconnaître ses échecs, ses faiblesses et ses renonciations.

Une remise en cause amène toujours un progrès.

Distinguer un changement de personnalité, d'aspirations et veiller à y aligner sa trajectoire professionnelle. Identifier les douleurs, les sources de découragement, de plaisir, et les centres d'intérêt émergents. Posséder une ambition noble et sincère et une éthique à laquelle ne jamais déroger.

Avoir à l'esprit que pour atteindre un objectif, il faut se l'être fixé.

Du choix d'une formation au premier emploi, ainsi que tout au long de sa trajectoire professionnelle, l'application de la pensée Design offre une prise de recul pertinente pour adapter sa performance.

L'efficacité de la démarche est renforcée par l'apport du groupe : amis, famille, collègues et encadrants constituent autant de visions différentes et complémentaires à même de contribuer de façon structurée et bienveillante au développement de sa propre performance. Au travers d'une mise à nu régulière basée sur la pensée Design, chacun peut naitre et renaitre, s'adapter, évoluer et renforcer ainsi confiance et estime de soi, sources de motivation et d'engagement.

Je vous souhaite une année riche en enseignements de toutes sortes.

Progresser chaque jour un peu plus et prendre du plaisir dans l'exigence constituent le terreau fertile aux beaux succès.

Agir plutôt que subir et voir dans l'obstacle une opportunité font germer la créativité et naître les solutions.

Alors, que la pensée Design vous accompagne dans la réalisation de belles innovations et de succès collectifs et personnels.

 

Jérôme Beaufils est le Directeur des Activités Tertiaire et Finance de la société SPIE ICS, filiale du groupe SPIE.

SPIE ICS est l’une des principales Entreprises de Services Numériques européenne, spécialisée dans les services ICT, depuis l’Environnement Utilisateurs jusqu’au Data Center. Sa vocation est d’accompagner les organisations dans la transformation de leurs modèles économiques et de leurs processus en faisant du numérique un levier de performance.

Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris et de l’Institut EURECOM, Jérôme a pris part à la création et au développement de plusieurs startups Internet pour le grand public et les entreprises. Membre actif des associations Eurocloud et Cloud Confidence, il contribue, à l’échelle européenne, au rayonnement des initiatives entrepreneuriales françaises et participe à la définition des standards d’interopérabilité et des référentiels normatifs et juridiques visant à fixer les obligations des acteurs du marché du Cloud Computing.

Innover !

Une innovation c’est une invention qui rencontre un marché, nous dit-on. Mais pour ce qui est de l’innovateur, son projet a le plus souvent démarré bien avant cette rencontre. Porté par une vision qui s’inscrit hors des sentiers battus, il s’est engagé dans une course d’obstacle pour convaincre, mobiliser et porter son projet « au bon endroit et au bon moment ».

Dans la Silicon Valley, les investisseurs analysent les projets à l’aune de trois critères clés : le porteur de projet a-t-il l’ambition de « changer le monde », a-t-il réuni l’équipe capable de mener à bien le projet, et bénéficie-t-il d’externalités fortes susceptibles d’en faire rapidement un leader ? Ces trois critères sont le sésame pour accéder au financement, pas besoin d’attendre comme ici le fameux « proof of concept » qui tardera d’autant à arriver… que le financement manque !

Dans un monde où la vitesse, l’agilité et la co-création sont les substrats des nouveaux modèles économiques, où il faut penser global pour agir local, et où l’innovation technologique est une révolution sociétale, c’est toute la chaine de valeur qui se réinvente. L’accélération des processus d’innovation et de convergence ne permet plus d’agir seul. Ecosystèmes ouverts, plateformes, rupture et destruction créative sont les nouveaux ferments de l’innovation.

Innover, c’est donc faire le choix du risque, mais comme disent les anglo-saxons : « hight risk, hight return ». Et pour les amoureux de la vie qui douteraient encore du bonheur qu’ils peuvent en attendre, les philosophes nous enseignent que « derrière tout obstacle se trouve une opportunité ». Entreprendre et innover sont avant tout des puissants moteurs de vie qui nous poussent à avancer « au devant de nous-mêmes », pour donner forme à nos rêves.

 Nils Aziosmanoff

 

Nils Aziosmanoff est président du Cube, 1er centre de création numérique en France (Issy-les-Moulineaux) et   président de Navidis, entreprise spécialisée dans les solutions numériques pour la smart city. Il a dirigé ISEA2000, qui compte parmi les événements d’art numérique les plus réputés de la scène internationale. Musicien de Jazz, il a dirigé le Conservatoire de musique et de danse de Jouy-en-Josas et enseigné la micro informatique musicale à l’Institut National de l’Audiovisuel et à l’Institut International de l’Image et du Son.

Il participe depuis plus de quinze ans à de nombreux projets liés à la smart city, tels que City+, projet lauréat de l’appel à projets Grand Emprunt « Ville Numérique », ainsi que le Cube 2, projet de centre de création numérique sur l’Ile Seguin, mené en collaboration avec l’agglomération Grand Paris Seine Ouest.

Nils Aziosmanoff co-anime les Rendez-vous du Futur, émission interactive qui accueille des personnalités du monde des arts et des sciences, et dirige la Revue du Cube, qui réunit des experts et personnalités autour d’une démarche prospective sur la société numérique. Nils Aziosmanoff est Chevalier des Arts et des Lettres.